Une tombe aristocratique à Eigenbilzen (province du Limbourg)

Découverte fortuitement en 1871, une riche sépulture celte à incinération contenait quatre pièces exceptionnelles enfouies vers 400 avant J.-C. qui appartiennent, en fait, à un service à boire :

un bandeau ajouré

Le bandeau décoré au repoussé ornait une corne à boire. Il est découpé dans une mince feuille d'or dont le décor au repoussé reproduit deux motifs d'inspiration méditerranéenne : la fleur de lotus et la palmette. Cette composition originale en fait un des chefs-d'oeuvre de l'art celtique

une oenochoé à bec

La cruche, rehaussée d'un motif gravé, provient vraisemblablement d'un atelier étrusque. Elle était destinée à contenir du vin

une ciste à cordons

Le seau abritant les os calcinés du défunt a été fabriqué dans le Nord de l'Italie (probablement le Tessin) entre 450 et 400 avant J.-C. Ce type de récipient servait à mélanger le vin à l'eau

la partie inférieure d'une oenochoé celtique

Le fragment est rehaussé de plusieurs frises finement gravées de motifs géométriques.

 

Ces objets de prestige révèlent la position élevée de leur propriétaire. Celui-ci entretenait des contacts avec le monde méditerranéen, ainsi que le montrent les pièces d'importation italienne.