Un oeuf d'apparat

 

La période de Pâques est le moment idéal pour mettre en lumière un œuf un peu particulier. Il s’agit d’un œuf monté sur un support en argent doré qui est exposé dans une vitrine du circuit Gothique-Renaissance-Baroque abritant des objets précieux des XVIe et XVIIe siècles. Comme le suggèrent le format de la pièce ainsi que l’oiseau représenté à son somment, il s’agit d’un œuf jadis pondu par une autruche.

Exotique
 

L’Europe des XVIe et XVIIe siècles était passionnée par les voyages d’exploration. Réalisées à base de noix de coco ou de coquilles de nautiles, les œuvres présentées dans cette vitrine témoignent du goût de l’époque pour les matériaux exotiques, utilisés pour faire étalage de ses richesses. Les œufs d’autruches faisaient également partie de ces objets recherchés et avaient leur place dans les cabinets de curiosités des collectionneurs les plus fortunés. Leur valeur décorative était renforcée par la présence d’une armature élégante ou de gravures artistiques finement réalisées dans l’épaisse coquille.

Précieux
 

En 1997, le tristement célèbre voleur d’œuvres d’art Stéphane Breitwieser déroba plusieurs objets de nos collections d’argenterie, parmi lesquels notre coupe en œuf d’autruche. La plupart de ces objets ont été retrouvés en 2001 dans le canal Rhin-Rhône, en compagnie de nombreuses autres œuvres ayant été volées dans plus de 150 musées européens. Après ce bain forcé, des réparations furent nécessaire et l’atelier de restauration des métaux de notre musée fut mis à contribution. Les objets purent ensuite retrouver leur place dans la vitrine. Dorénavant sous une étroite et permanente surveillance vidéo, cela va de soi.