Tour japonaise

Les bâtiments des Musées d'Extrême-Orient datent du début du XXe siècle et ont subi plusieurs restaurations au cours du siècle précédent. Néanmoins, des problèmes d'infrastructure mettant en danger la sécurité des visiteurs et du personnel, ont été constatés en octobre 2013.

La Régie des Bâtiments, en concertation avec les Musées, a ordonné la fermeture du Pavillon Chinois, de la Tour Japonaise et du Musée d'Art Japonais. Un projet de rénovation et de restauration est en cours. Les oeuvres d'art ont été transportées dans les réserves du Musée du Cinquantenaire et une petite sélection de porcelaines Chinoises d'exportation est actuellement présentée dans les salles Chine du Musée du Cinquantenaire.

Vous avez des questions à propos des collections, merci de contacter la conservatrice Mme Nathalie Vandeperre.

Vous avez des questions sur les bâtiments, merci de contacter Mr Johan Vanderborght de la Régie des Bâtiments.

La Tour japonaise présentait des porcelaines japonaises décoratives réalisées pour l'Europe entre le milieu du XVIIe siècle et le milieu du XVIIIe, de même que des articles d'art décoratif japonais tant admirés aux Expositions universelles, dans la seconde moitié du XIXe siècle et au début du XXe, comme l'Exposition Universelle de Liège en 1905.

  • Les collections de la Tour japonaise étaient composées essentiellement de porcelaine japonaise d'exportation. On y trouvait, entre autres, des Imari (style de céramique développée et exportée par le Japon au XVIIIe siècle via le port d'Imari), des cloisonnés (technique de fabrication alliant métal et émail) ainsi que de la porcelaine japonaise de haute qualité.