Tombes mérovingiennes

Comtes et barons

Si, pour la plupart, les mots comte et baron font immédiatement penser à de beaux châteaux et à de célèbres champs de bataille des périodes anciennes, ces termes remontent cependant à l'époque mérovingienne. En ce temps-là, les rois nommaient des comtes, des barons, etc. pour les représenter dans les différentes parties de leurs territoires. Ceux-là, à leur tour, disposaient de leurs représentants au niveau local. Ce phénomène donna naissance à plusieurs classes au sein de la population : l'élite, les hommes et les femmes libres, les semi-libres et les esclaves. Il existait donc déjà de grandes différences de richesse et de statut social, phénomène qui transparaît nettement dans les tombes.

Hommes et femmes, riches et pauvres

Les défunts étaient parés de leurs plus beaux vêtements et accompagnés de leurs biens déposés dans leur cercueil. Les parures dominent dans les tombes de femmes, tandis que l'armement est présent dans celles des hommes. Les tissus ont presque entièrement disparu et il ne reste souvent que de très belles épingles décorées et autres éléments de parure en métal. Il va de soi que les nantis disposaient de plus d'objets funéraires que les pauvres. Vu la richesse de certaines tombes, il n'est pas étonnant que, déjà à l'époque, de riches sépultures aient été pillées.
Les hommes les plus riches étaient accompagnés de l'ensemble de leur armement composé d'une longue épée (spathe), d'une autre plus courte (scramasaxe), d'une lance (ango), d'un bouclier, etc. Pour leur part, les femmes les plus aisées étaient inhumées avec de nombreux bijoux tels que des épingles à cheveux, des pendants d'oreilles, des colliers, des épingles de manteau, des bagues et des bracelets. En outre, des récipients en terre cuite, en bronze et en verre, de même que des outils complétaient l'ensemble funéraire. Ce dernier se limitait à un certain nombre d'objets pour les défunts appartenant à la classe moyenne, tandis que les pauvres se contentaient d'un seul vase en terre cuite.