Relief funéraire de Palmyre

Relief funéraire
Palmyre (Syrie)
Empire romain, IIe s. ap. J.-C.
Calcaire ; 41 x 49 cm
Inv. O.3633

Les monuments funéraires familiaux de Palmyre étaient creusés de niches destinées chacune à recevoir un corps. Une plaque portant le portrait en buste du défunt et une inscription précisant son nom et sa généalogie fermait chaque compartiment.

Ce relief représente Idi'atee, fille de Si(ô)nâ. Sa tenue mêle des éléments d'inspiration gréco-romaine et de tradition locale. Au-dessus de sa tunique à longues manches, elle porte un manteau fixé par une fibule ornée d'une rosette. Sa coiffe, composée d'un turban et d'un diadème décoré de fausses métopes, constitue une pratique locale. De la main droite, elle tient, à hauteur du cou, un voile qui lui couvre la tête et les épaules.

D'autres monuments permettent de compléter sa généalogie: son grand-père, Haira, est connu par le relief funéraire de son père, Si(ô)nâ. Une autre Idi'atee, attestée par un buste conservé à Philadelphie, doit appartenir à une branche différente de la famille.

 

Retrouvez cet incontournable dans les salles Proche-Orient du Musée du Cinquantenaire, sur notre catalogue en ligne Carmentis et dans la publication Les Incontournables du Musée du Cinquantenaire parue chez Ludion, en 2015. Vous pouvez également admirer cette oeuvre en 3D.

 

Actualité : Les exodes massifs de réfugiés, lancés sur les routes suite aux combats incessants en Syrie et en Irak, sont une véritable catastrophe humanitaire. Outre toute cette souffrance humaine, on assiste également à une destruction massive de la culture et du patrimoine. Sur le site de Palmyre, classé au Patrimoine mondial de l'UNESCO, l'EI ravagea, entre autres, en août 2015, le temple de Baal vieux de 2000 ans. À la lumière des récents événements, le Musée du Cinquantenaire chérit plus que jamais les trésors du Proche-Orient ancien qu'il conserve et expose.