Orants chypriotes

Fêtes rituelles

Dans l’Antiquité, Chypre hébergeait de nombreux sanctuaires dédiés à diverses divinités. Ces sanctuaires dont la taille allait du site urbain monumental au petit lieu de culte de campagne, accueillaient les Chypriotes venus offrir des végétaux, de l'encens ou des sacrifices d’animaux. On y pratiquait des rituels où la danse et la musique jouaient un grand rôle et on y dédiait des sculptures en calcaire ou en terre cuite. Ainsi à Aghia Irini, un lieu de culte rural, des centaines de statues en argile représentant des hommes, des guerriers, des chars de guerre et des centaures ont-elles été retrouvées, placées en demi-cercle autour de l’autel. 

Inspiration phénicienne

Les pièces de ce mois sont des orants. Figurines votives représentant des hommes à la courte barbe et des femmes aux cheveux mi-longs, elles portent à deux mains un animal destiné au sacrifice, un récipient contenant une offrande, ou un tambourin rappelant la célébration de danse et de musique. Elles proviennent du sanctuaire de Kamilarga, dans la ville de Kition, sur la côte méridionale de l’île. Cette cité chypriote a subi une forte influence phénicienne, ce qui se remarque dans le style des visages des statuettes qu'on y a retrouvées. Les figurines représentées ici mêlent différentes techniques de poterie : le corps tubulaire était généralement fait au tour, surmonté d’une tête moulée alors que les bras et les offrandes étaient modelés à la main. On rehaussait de peinture rouge et noire les traits du visage, les cheveux et les vêtements.

Exposition Chypre ancienne

Dans notre exposition Chypre ancienne prolongée jusqu'au 10 mars, vous pourrez admirer ces figurines ainsi que des statues votives d’Aghia Irini et plus de 200 objets venus spécialement de Chypre et de musées renommés tels que le British Museum. Ces œuvres remarquables forment un parcours qui met en lumière l’histoire de la Chypre à travers les liens qu'elle a noués avec ses nombreux voisins, depuis le néolithique jusqu’à l’époque romaine.