PHD or DJ ?

Dans le cadre de l'exposition Sarcophagi, 6 jeunes visiteurs ont rencontré 6 professionnels du musée. Le résultat : 12 mini interviews sur fond de musique tendance !

Comment trouver la visite vidéo et audio?

Tu peux trouver ces vidéos dans l’app mobile d’izi.TRAVEL: www.izi.travel/fr/app

1ere étape : cherche l’application dans les stores sur ton smartphone ou via www.izi.travel/fr/app
2e étape : accepte le service de localisation ou cherche 'Bruxelles'
3e étape : ouvre la visite 'Sarcophagi' - Musée du Cinquantenaire
4e étape : écoute les histoire et regarde les petits films pendant l’exposition !

#1 Pleureuses
Lorsque Kilian (17), notre DJ-Musée, découvrit les statues des pleureuses égyptiennes, il s’est demandé : « Pourquoi seulement des femmes? Les hommes n’ont-ils pas le droit de montrer leur chagrin ? ». Une critique de la société que la restauratrice France Ossieur replace dans un contexte mythique. C'est Kilian qui a choisi la musique pour son interview. The Cure avec « Boys don’t cry ! » +d'info

#2 Momie de Ousirmes
Lorsque notre DJ-Musée Vynko (26) entendit qu’Ousirmes devait passer sous le scanner, il s’insurgea: « Pourquoi ne laisse-t-on pas ces momies en paix ? » Voici un court reportage depuis les Cliniques universitaires Saint-Luc sur ces recherches. Nous souhaitons également aux momies un repos éternel. RIP avec la chanson de Boudewijn de Groot, « Een tip van de sluier ». +d'info

#3 Oiseau-Ba
Lorsque notre DJ-Musée Anna (18) apprit que ce petit oiseau symbolisait l’âme humaine, elle s’est mise à philosopher : « Comment les Égyptiens en sont-ils arrivés à dédoubler l’âme ? » Nos reporters ont posé la question à Isabelle Therasse, commissaire de l’exposition. Pour illustrer son interview, Isabelle a choisi une chouette version instrumentale de « Stairway to heaven », par Rodrigo et Gabriella. +d'info

#4 Le sarcophage de Tarkhan
Lorsque l’on a dit à Romain (17) que cette caisse avait jadis contenu le corps d’un homme adulte, sa première réaction fut : « Comment ont-ils fait pour faire rentrer ce pauvre homme dans ce cercueil pour nain de jardin ? »  Nos journalistes ont immédiatement  transmis cette question urgente au conservateur Dirk Huyge. Lors du montage de sa vidéo, Dirk a choisi comme bande sonore l’intro du morceau « Creeping Death », de Metallica. +d'info

#5 Ouchebtis
Lorsque Lara (15) apprit que les ouchebtis ne pouvaient jamais dire non lorsqu’on leur demandait quelque chose, elle en fut très indignée. Nous avons communiqué ce sentiment au conservateur Luc Delvaux, qui nous donna un cours sur les anciens dictons égyptiens. Pour son interview, Luc choisit un morceau du compositeur français contemporain Henri Dutilleux intitulé « Tout un monde lointain » +d'info

#6 Sarcophage d'une chanteuse d'Amon anonyme
Qu’est-ce qui a amené Lara (15) et Romain (17) dans l’exposition “Sarcophagi”? « L’expo concerne la mort », fait remarquer Romain, « tandis que moi, je me sens débordant de vie. Je veux danser. Est-ce que les Égyptiens faisaient ça aussi ? » Nous sommes allés frapper à la porte du directeur général du musée, Alexandra De Poorter, pour lui poser la question. Et pendant ce temps-là, Romain nous fait écouter à un disque de Kendrik Lamar, « Now or Never ». +d'info

#7 Sarcophage de Chonsoutefnacht
Notre DJ-Musée Luca (19), en apprenant que la coiffure de la déesse Nout possédait une dimension cosmique, voulut se rendre immédiatement chez le coiffeur. Vanessa Boschloos, collaboratrice scientifique, vint à son aide avec quelques conseils pratiques.  Le choix musical de Vanessa pour illustrer son interview est le hit punk rock "Holidays in the Sun" des Sex Pistols ! +d'info

#8 Sarcophage de Horkaoui
Ce vieux sarcophage fut un jour utilisé comme poulailler. Lorsqu’il apprit cela, Romain (17) en tomba presque de sa chaise. Le restaurateur Dirk Wendelen a quant à lui quelques doutes sur cette interprétation. Pourquoi une cage à poules aurait-elle besoin de tant d’ouvertures ? La question est passionnante.  Au cours de son interview, Dirk nous a laissé jeter un coup d’œil à l’intérieur de ce sarcophage, tandis que résonnait la douce musique de Toumani Diabaté, un joueur de kora malien. +d'info

#9 Sarcophage avec la momie d’un enfant
Lorsque Freya (18) entendit parler de cette momie d’enfant, elle en fut un peu épouvantée. Elle préférait ne rien savoir à propos de la momie elle-même. « Mais qui était cet enfant ? », finit-elle par nous demander. « Avait-il des amis ? Se faisait-il embêter par les autres ? » Le conservateur Luc Delvaux  a répondu tout à fait sérieusement à cette question. Pour son interview, Luc choisit un morceau du compositeur français contemporain Henri Dutilleux intitulé « Tout un monde lointain ». +d'info

#10 L’oeil Oudjat
Lorsque Valentine (18) découvrit que l’eyeliner possédait une signification toute particulière dans l’Égypte ancienne, elle envoya nos reporters afin d’en savoir d’avantage. « Que signifie oudjat ? », demanda-t-elle à Isabelle Therasse, commissaire de l’exposition. Le morceau de musique choisi pour le montage de cette vidéo est un classique de Art Garfunkel intitulé « Bright eyes ». +d'info

#11 Momie de chacal
Notre DJ-Musée Vynko (26) avait du mal à croire que des os d’animaux se trouvaient effectivement dans la petite momie de chacal. Nous avons posé la question à Isabella Rosati qui nous a emmené chez le radiologue ! Pour le montage de son interview, Isabella a choisi une mélodie traditionnelle Arabe de l’album "Barzakh" de Anouar Brahem. +d'info

#12 Momie de Keki
Notre PDH Caroline a pris son courage à deux mains et a demandé aux radiologues des Cliniques universitaires Saint-Luc si ils voulaient bien l'aider dans ses recherches sur les momies égyptiennes du Musée du Cinquantenaire. Etienne Danse, radiologue, nous raconte cette collaboration inédite et les résultats stupéfiants qui en ont découlés. Nous avons voulu accentuer l'aspect futuriste de cette expérience par la jolie musique de Beat Furrer, "fragmentos de un libro futuro", chantée par Petra Hoffman. +d'info