Pavillon chinois

Les bâtiments des Musées d'Extrême-Orient datent du début du XXe siècle et ont subi plusieurs restaurations au cours du siècle précédent. Néanmoins, des problèmes d'infrastructure mettant en danger la sécurité des visiteurs et du personnel, ont été constatés en octobre 2013.

La Régie des Bâtiments, en concertation avec les Musées, a ordonné la fermeture du Pavillon Chinois, de la Tour Japonaise et du Musée d'Art Japonais. Un projet de rénovation et de restauration est en cours. Les oeuvres d'art ont été transportées dans les réserves du Musée du Cinquantenaire et une petite sélection de porcelaines Chinoises d'exportation est actuellement présentée dans les salles Chine du Musée du Cinquantenaire.

Vous avez des questions à propos des collections, merci de contacter la conservatrice Mme Nathalie Vandeperre.

Vous avez des questions sur les bâtiments, merci de contacter Mr Johan Vanderborght de la Régie des Bâtiments.

 

Les collections du Pavillon chinois représentaient une précieuse documentation sur ce qu'était le goût européen vis-à-vis de l'art chinois, avant que celui-ci ne fut appréhendé dans sa totalité par la sinologie. Elles montraient la manière dont le fantasme européen d'une Chine féerique et lointaine a présidé à la fabrication de la porcelaine d'exportation et la façon dont elle a été perçue par les amateurs d'art au XIXe siècle...

  • Les Musées royaux d'Art et d'Histoire possèdent un ensemble de plus de 3.000 pièces, qui évoque la production porcelainière chinoise échelonnée entre le XVIIe et le XIXe siècle. Pendant les travaux de rénovation, toutes les pièces sont mises en sécurité dans les réserves des Musées royaux d'Art et d'Histoire.