La Basse Epoque

La Basse Époque (747-332 av. J.-C.) est marquée par une succession de dominations étrangères qui va provoquer, à la 25e, et surtout à la 26e dynastie, un désir de revenir aux schémas classiques des périodes antérieures.

Le cercueil intérieur anthropomorphe à piédestal et à pilier dorsal, plat à l’arrière, perdure. Ce type de cercueil remplace le cartonnage qui passe de mode. Bien que déposé couché dans la tombe, il était clairement destiné à être dressé, probablement lors de la récitation des rites funéraires au jour de l’enterrement. Le fond externe de la cuve est orné de motifs peints tels que le pilier djed, symbole de stabilité figurant la colonne vertébrale d’Osiris. Le couvercle interne se couvre d’une figure de Nout. Les parois extérieures déclinent les extraits du Livre des Morts ou des figures divines. La tendance progressive dans la décoration est cependant à la diminution des vignettes au profit des textes sacrés, de plus en plus présents.

Parallèlement à ces survivances dans la forme et la décoration, un nouveau type de cercueil externe fait son apparition à la 25e dynastie, dont il existe également des versions miniatures. Il est très clairement inspiré de modèles très anciens remontant à l’aube de l’Égypte pharaonique. De forme rectangulaire, il est surmonté d’un couvercle voûté bordé aux angles par quatre poteaux et figure le sanctuaire primitif de la Basse Égypte, per nou, associé à Osiris et donc lié à la renaissance et à l’éternité. Il est décoré de figurines de divinités, notamment le dieu faucon Sokar.

Retour à la page précédente