L’art nouveau et l’art déco à l’honneur : l’œuvre de Philippe et Marcel Wolfers préservée

Un achat exceptionnel rendu possible grâce à une collaboration inédite

Bijoux, sculptures, vases, croquis, photos, inventaires… : la Fondation Roi Baudouin a pu acquérir une collection exceptionnelle de plus de 150 chefs d’œuvre et un important fonds d’archives de Philipe Wolfers (1858-1929), figure emblématique de l’art nouveau belge, et de son fils Marcel (1886-1976), sculpteur et artiste peintre sur laque. Il s’agit d’une sélection des meilleures pièces des deux artistes phares de l’entreprise Wolfers Frères, dont ils ne se sont jamais séparés.

Le caractère exceptionnel de cette acquisition réside bien sûr dans la qualité remarquable des œuvres, mais également dans le parcours hors du commun qui l’a rendue possible. Les bonnes relations que les Musées Royaux d'Art et d'Histoire entretenaient depuis de nombreuses années avec la famille Wolfers ont été déterminantes. Pour y parvenir, les Musées ont  pu compter sur la Fondation Roi Baudouin, qui n’a pas hésité à faciliter et à soutenir toute initiative allant dans ce sens. Notamment en se portant acquéreur d’une pièce de la collection Wolfers et en veillant à la sécurisation des pièces les plus importantes après le décès de Claire-Nelly Wolfers.

Cette collaboration s'est concrétisée dans un partenariat exceptionnel entre trois acteurs: la famille, qui a donné toute liberté pour la sélection des pièces, les Musées, qui ont mis leur brillante expertise à la disposition de ce projet, et la Fondation Roi Baudouin, qui a pour mission de faciliter la sauvegarde et la transmission de notre patrimoine le plus significatif.

Pour réaliser cet achat exceptionnel, le Fonds du Patrimoine de la Fondation Roi Baudouin a collaboré avec plusieurs fonds de mécénat, créés en son sein : le Fonds Christian Bauwens, le Fonds Braet-Buys-Bartholemus et le Fonds Marcel Van Rooy.

Par ailleurs, la famille offre d’importantes archives, qui constituent une source incomparable pour l’étude de l’œuvre des deux artistes. Il s’agit notamment du fameux Catalogue des Exemplaires uniques de Philippe Wolfers, d’un gros lot de correspondances et d’environ 1400 photos originales du célèbre photographe Alexandre qui a largement photographié le travail de Philippe Wolfers.

Horta en toile de fond

La collection comprend huit bijoux uniques (tous Exemplaires uniques), trois sculptures, une peinture, treize objets décoratifs et 129 croquis parmi lesquels plusieurs motifs floraux assez inattendus et d’une qualité exceptionnelle.

Parmi les bijoux de cette collection, le spectaculaire pendentif Libellule (1903) est considéré comme la pièce iconique de l’œuvre de Philippe Wolfers. Le pendentif Cygne et Serpents (1899) est également particulier : Philippe l’a réalisé pour son épouse qui le porte fièrement sur son portrait réalisé par le peintre Firmin Baes. Rares sont les bijoux Wolfers qui ont été conservés. Ils furent souvent démontés pour en récupérer le matériel rare et coûteux, et recréer de nouveaux bijoux. Des croquis de différents bijoux de ce lot figurent également dans la sélection.

Victoire à la Couronne de Laurier (1931) de Marcel Wolfers peut être considérée comme un aboutissement raffiné la sculpture en ivoire belge. Pour la monumentale Diane Chasseresse (1930), l’artiste a appliqué avec beaucoup de talent la technique de la laque sur bronze. Cette œuvre a été présentée dans d’importantes expositions internationales.

Cette acquisition permet de sauvegarder ce patrimoine familial unique et de le rendre accessible à tous en Belgique. La majeure partie de la collection sera exposée à partir du 29 novembre prochain aux Musées Royaux d’Art et d’Histoire (parc du Cinquantenaire) et plus particulièrement dans la nouvelle présentation du ‘magasin Wolfers’. Il s’agit de l’intérieur d’origine de la boutique Wolfers Frères située à la rue d’Arenberg à Bruxelles et conçue en 1909 par Victor Horta. L’intérieur de ce lieu mythique est reconstitué et sert de décor à la collection Art nouveau - Art déco du musée.

De nombreuses pièces remarquables de la collection Art nouveau et Art déco qui seront exposées au ‘magasin Wolfers’, dont l’emblématique œuvre Civilisation et Barbarie de Philippe Wolfers, avaient par ailleurs déjà pu être acquises par la Fondation Roi Baudouin.

À propos des artistes

Philippe Wolfers (1858-1929) est une des figures emblématiques de l’art nouveau belge, tout comme Victor Horta, Henry van de Velde et Paul Hankar. Philippe a conçu entre 1886 et 1929 nombre de pièces d’orfèvrerie et de bijoux pour l’entreprise Wolfers Frères, dont la réputation dépassait nos frontières et dont il était le directeur artistique. Fabriqués dans les ateliers de l’entreprise, ses créations inondaient toute l’Europe. Sa renommée fut internationale, particulièrement pour ses bijoux (exemplaires uniques) dans le style art nouveau. 

Son fils Marcel Wolfers (1886-1976) s’est  plutôt tourné vers la sculpture et la technique de la laque. Il figure parmi les personnalités qui ont forgées l’art déco en Belgique et est le seul représentant belge de la technique de la laque sur la scène internationale. Il maitrisait cette technique orientale, particulièrement difficile, comme nul autre pareil. Il a renouvelé la gamme chromatique et appliquait cette technique pour la polychromie de sculptures.

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Du matériel visuel en haute résolution est disponible et peut vous être envoyé sur demande.

Ouverture de la joaillerie Wolfers Frères dès le 29.11.2017

Contact
Werner Adriaenssens, Conservateur des Arts décoratifs du XXe siècle
Cathy Verbyst, Responsable presse Fondation Roi Baudouin
Anne De Breuck, Fondation Roi Baudouin

www.kbs-frb.be | www.patrimoine-frb.be