Elkab ou l'urbanisme en l'an 2600 avant J.-C.

Depuis 75 ans, Elkab - entre Louxor et Edfou - est un des terrains de fouille des Musées royaux d'Art et d'Histoire. Le site est connu depuis longtemps pour ses chapelles funéraires du Nouvel Empire, mais les scientifiques belges y ont aussi découvert des vestiges de l'Ancien Empire. Cette passionnante aventure a pris une tournure décisive en 1986, lorsque fut découvert une tombe de la 6e dynastie (vers 2200-2300 av. J.-C.) ayant appartenu à un grand-prêtre de la déesse Nekhbet baptisé Saouika. Au total une vingtaine de tombes de la fin de l'Ancien Empire furent retrouvées, parmi lesquelles celle jusque-là inviolée d'Irtenakhty, prêtresse de la déesse Hathor. En outre, une construction rectangulaire située au sommet de la nécropole rupestre se révéla être une tombe-mastaba encore plus ancienne datant de la 3e dynastie (vers 2700-2600 av. J.-C.).

Mais où vivait la population de l'époque ? En 2009, on entama des fouilles dans une aire en partie entourée d'un mur, au nord-ouest de la zone des temples. Les premiers sondages, qui firent apparaître des strates d'habitat tout à fait intactes sous la couche superficielle, s'annoncèrent prometteurs. En 2010, plusieurs constructions en brique crue furent mises au jour, ainsi que d'énormes quantités de céramiques et des traces d'une petite manufacture de cuivre. Tout cela sur à peine 125 m2, alors que l'Elkab de l'Ancien Empire devait s'étendre sur 5 à 7 hectares environ...