Collection Proche-Orient et Iran en détail

ÂGE DU BRONZE (ca. 3.000-1.300/1.250 av. J.C.)

Le 3e millénaire av. J.-Chr. voit se développer un intense commerce international dans l'ensemble du Proche-Orient et des fouilles ont permis de reconstituer les routes commerciales. Le lapis-lazuli d'Afghanistan, par exemple, traversait l'Iran où il était parfois travaillé avant d'atteindre la Mésopotamie ou l'Égypte. Des vases en chlorite, produits dans la région sud-est de l'Iran (Tepe Yahya), furent ainsi découverts en Mésopotamie, en Afghanistan et sur les côtes arabes du golfe Persique. Ce n'est qu'en Élam, qui longe la frontière de la Mésopotamie, que l'écriture cunéiforme est utilisée. En dehors de cette région, on ne dispose pas, en Iran, de sources écrites au cours de l'Âge du Bronze.

L'Iran se caractérise également par la céramique peinte qui, comme avant, reste nettement régionale. À la fin du 3e millénaire, on rencontre en Iran du Nord-Est les premières céramiques grises connues par ailleurs au Turkménistan (Asie Centrale). Cette présence est mise en rapport avec l'arrivée des peuples indo-européens.

De la céramique peinte de Suse, de Sakkizabad et de Tepe Giyan est, entre autres, exposée. De même, le matériel des fouilles belges au Luristan est présenté; il comprend des sceaux, des armes en bronze, des bijoux et des céramiques (de la 'céramique écarlate', entre autres).