C'est l'heure de la rentrée !

L'horloge astronomique de J.F. Decool

Sur cette magnifique horloge en marbre noir et laiton doré, créée à Namur vers 1800 (voir photo ci-dessous), le cadran principal indique les heures, les minutes et les secondes. Il contient 3 cercles intérieurs décentrés désignant le mois du calendrier, le quantième du mois et le jour de la semaine. Le disque supérieur donne l'heure diurne et nocturne dans 53 lieux du monde (Cap Saint Lucar, Santa Fe, Mexico, la Victoire, Panama, Lima, Québec, la Martinique,...). Les cadrans inférieurs reproduisent à gauche l'âge de la lune, à droite l'heure solaire du lever au coucher. Un dernier disque illustre l'équation du temps, ou écart entre temps vrai et temps moyen, par décade. Une régularité optimale des oscillations du balancier est assuré par le grill à compensation trimétallique. Ce type d'horloge à cadrans multiples, créée en France dans les années 1790, trouve ici une de ses interprétations les plus épurées, influencée par l'art de l'horloger liégeois Hubert Sarton.

L'équation du temps

Étant donné la forme elliptique (et non circulaire) de l'orbite de la Terre autour du Soleil et la position décentrée de celui-ci, la durée du jour solaire vrai (déterminé par deux passages consécutifs du Soleil au méridien du lieu) peut varier par rapport au jour moyen (moyenne annuelle des jours solaires). La différence entre le temps vrai et le temps moyen correspond à l'intervalle entre le passage du Soleil réel et celui du soleil moyen (fictif) au méridien; elle est appelée équation du temps. Vers le 11 février, le soleil moyen (fictif) passe au méridien 14 minutes avant le vrai Soleil; le 14 mai, 4 minutes après; le 26 juin, 6 minutes avant; le 3 novembre, 16 minutes après. Quatre fois par an : environ les 16 avril, 14 juin, 1er septembre et 25 décembre, l'équation du temps est presque nulle à midi.

Les pendules à compensation

Pour pallier l'irrégularité des oscillations du pendule, due à la dilatation des métaux sous l'influence de la chaleur lors de variations de température, différents types de compensations ont été imaginés. L'allongement vers le bas de la tige d'acier du pendule peut être contrecarré par l'utilisation, en guise de lentille, d'un récipient contenant du mercure; celui-ci se développant en hauteur repousse le bras du balancier. Dans le pendule à grill bimétallique, l'alternance de quatre tiges de laiton s'étendant vers le haut, compense l'allongement vers le bas des cinq tiges d'acier.