Autel portatif de Stavelot

Autel portatif
Abbaye de Stavelot, Liège (Belgique)
1160-1170
Bois, bronze, émaux, vernis brun et cristal de roche ; 10 x 27,5 x 17 cm

L'autel portatif de Stavelot est sans conteste un des chefs-d'oeuvre de l'émaillerie médiévale. Pour la réalisation de ce somptueux décor d'émail champlevé, autant de cuissons successives auront été nécessaires qu'il y a de coloris, les différents pigments métalliques contenus dans la poudre de verre atteignant chacun leur point de fusion à une température précise. Il s'agit d'une véritable prouesse technique. Le programme iconographique, conjuguant dimensions narrative et symbolique, est à la hauteur de la qualité d'exécution ; sur la tablette, le récit de la Passion du Christ côtoie des épisodes de l'Ancien Testament préfigurant les moments majeurs du cycle de la Passion. Les parois latérales du coffret relatent le martyre et la mort des douze apôtres. Les allégories de l'Eglise et de la Synagogue sont figurées de part et d'autre de la cavité centrale. Celle-ci abrite, sous un cristal de roche, un parchemin inscrit du triple sanctus marquant le début de la célébration eucharistique. Les quatre figurines sur lesquelles repose l'autel représentent les quatre évangélistes au travail.

La région mosane
Durant l'époque médiévale, le territoire de la Meuse moyenne est le siège d'une puissante entité politico-religieuse dépendant du Saint Empire Germanique : la principauté ecclésiastique de Liège.
Le fleuve, axe commercial de grande importance, joue alors un rôle essentiel dans le développement économique du pays. Les échanges soutenus avec les régions limitrophes assurent la prospérité des villes portuaires où l'artisanat et le commerce sont florissants.
La région mosane est également un haut lieu culturel. Ses abbayes sont de véritables centres de savoir, dirigés de main de maître par des abbés aussi éclairés qu'érudits. Des clercs venus des quatre coins de l'Europe y affluent pour recevoir l'enseignement des maîtres mosans, tant et si bien que Liège, au XIe siècle, sera surnommée "l'Athènes du Nord".
Ces différents facteurs contribuent à expliquer le formidable essor de l'art mosan durant la période qui s'étend de l'an mil à l'an 1300 environ.

Retrouvez cet incontournable dans la salle Arts roman et mosan, sur notre catalogue en ligne Carmentis et dans la publication Les Incontournables du Musée du Cinquantenaire.